LA CHAIR ET LE SANG (5)

Episode 5 : Plus haut que Carrero
DPXnUVsX0AEjj4C

(La fin ?)

Pour comprendre le titre vous pouvez lire cet article.

Et voilà, c’est la dernière partie de La Chair et Le Sang. C’est comme avec les boites de Célébration, quand on l’a fini on aimerait en avoir encore mais il faudra attendre une possible saison 2 pour retrouver Jessie, Chloé ou Séléna.
Heureusement le butchiverse est vaste et il y a d’autres textes de Crowdagger que vous pourrez profiter en attendant (Une Autobiographie Transexuelle fait un bon cadeau pour Noël).

Enfin bon, parlons de ce dernier épisode.
Vous avez peut-être suivi mon mini live tweet de ma lecture (sinon c’est ).
Des 5 épisodes j’ai trouvé que c’était celui qui contenait le plus d’action et de révélations. Bon en même temps normal, vu le dernier épisode et pour la conclusion d’une telle série on ne pouvait pas s’attendre à une partie de pêche à la mouche.

Plus que mon avis sur ce dernier épisode (qui pourrait faire redite avec mes avis des épisodes précédents) je vais vous donner un avis sur l’ensemble de la saga.
Enfin avant de vous faire le retour sur l’intégralité de la saga je dois quand même applaudir le chapitre 10 de cet épisode que j’ai trouvé génial dans sa rédaction (je ne puis en dire plus pour éviter le divulgâchis).

Sans surprise j’ai aimé la saga La Chair et Le Sang.
Je lui préfère quand même Une Autobiographie Transsexuelle (avec des vampires), autre roman de Crowdagger. On pourrait croire que si je préfère ATAV (ouais je résume le titre) c’est parce que le personnage principal y est une femme transsexuelle prénommée Cassandra, c’est peut-être un peu vrai. Mais je pense qu’il y a autre chose.

L’exercice de la série littéraire est plus compliqué.
Les gens qui suivent le twitter de Lizzie ont pu la voir se plaindre du retard que prenait ce dernier épisode.
Elle le dit aussi sur son blog : « j’ai trouvé que tenir le format d’un épisode tous les deux mois était quelque chose d’assez éprouvant et qui demande une certaine discipline que je n’ai pas vraiment. »
Et je me dis que c’est peut-être le problème, des petits défauts liés aux contraintes de l’exercice. Ou alors c’est peut-être moi le problème ?
Comme je l’ai dit dans ma critique de Dirk Gently j’ai du mal avec les séries longues. Et je pense que j’ai aussi du mal avec l’attente d’un nouvel épisode.
Ca a peut-être été ça mon problème, une difficulté à revenir dans l’histoire après l’avoir laissée en pause pendant plusieurs semaines, malgré les rappels des épisodes précédents (je me donne quel effet m’aurait fait de lire La Ligne Verte – de Stephen King – comme un feuilleton, avec une partie tous les deux mois).

Après ça reste une bonne série de bit-lit. Et de la bit-lit lesbienne en plus (sans être érotique et pornographique pour autant – désolée pour les universitaires).
Et si vous avez le même problème que moi avec le fait de laisser un récit en pause ou d’attendre l’épisode suivant et bien vous n’avez pas d’excuse maintenant que le dernier épisode est sorti. Vous pourrez tout lire d’un coup et vous faire votre propre avis.

PS : Je ne suis pas payée pour vous conseiller d’offrir les écrits de Lizzie Crowdagger à vos proches pour noël.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s