Le cosplay n’est pas pour tout le monde

En introduction je recopie l’avertissement que j’avais mis à mon premier texte :

  1. Ce texte va être long.
  2. Ce texte est politique, pas dans le sens partisan du terme mais dans le sens où je vais parler de faits de société.
  3. Ce texte est assez personnel.
  4. Rien ne vous oblige à lire ce texte.

C’est bon?
Vous êtes toujours là après l’avertissement?
Alors c’est parti.

Sommaire

I : Etre une cosplayeuse trans

J’avais publié une première version de “Etre une cosplayeuse trans” sur ma page Facebook lors du jour de la visibilité trans en 2015. Depuis je l’ai repris et fait quelques ajouts.
Ceci est la dernière version.

Cassandra, cosplayeuse trans et fem

J’avais prévu un texte pour le Femzine (un fanzine de Fems – pour résumer, lesbiennes féminines) et j’ai un peu hésité avant de poster ce texte ailleurs mais après avoir pesé le pour et le contre je me suis dit que j’allais quand même le faire. D’autant que faute de participations le Femzine semble être en pause.

Dans ce texte je vais parler de deux choses à priori sans rapport :
– Le cosplay.
– Le fait que je sois une meuf trans (pour transgenre/transsexuelle – on ne va pas débattre de terminologie ici) et fem.
Je voulais garder ça séparé mais ce n’est pas possible car le fait d’être trans a joué sur que j’ai vécu dans le cosplay. De plus je suis pas du genre discrète et je fini toujours par me révéler d’une façon où d’une autre.
Et en plus maintenant que c’est dit ça évitera peut-être à d’autres de vivre certaines situations comme celles dont je parle dans le texte qui va venir et qui m’ont déjà pourri le moral dans certaines conventions.

10363741_557252804404270_5095894892690939751_nPerona post-elipse, One Piece
Mon tout premier cosplay,
Porté lors de Soleil Levant 2012

C’est quoi le cosplay ?
Cosplay est un mot valise apparu au japon et formé par la contraction des mots anglais « costume » et « playing ».
C’est une activité qui consiste à incarner un personnage de fiction dont on porte le costume.

C’est quoi être trans ?
Pour résumer je défini (certains peuvent être critiques de cette définition) être trans comme vivre un décalage entre la façon dont on est éduqué pour être un homme ou une femme et la façon dont on va socialiser.

Un des concept trans qu’il sera utile de connaître pour la suite du texte est celui de passing.
Dans le contexte trans on dira par exemple qu’une femme trans a un bon passing si on ne la distingue pas d’une femme cis (ou bio, c’est-à-dire une pas trans, éduquée pour être une fille et ayant socialisé comme telle). Et ça marche pareil pour les mecs.
Alors le passing est une notion subjective, donc globalement c’est de la merde. Ça peut permettre néanmoins de situer les choses et son rapport à la société car même si être trans n’est facile pour personne ça sera toujours plus simple si on a un bon passing que si on en a un mauvais.
Pour ma part je considère le mien comme plutôt moyen. C’est un constat que je fais par rapport à la façon dont on me traite socialement.

J’ai commencé à coudre en fin d’année 2011 (ou peut-être 2010 je ne suis plus très sûre). Une amie m’a donné et continue encore à me donner quelques précieux conseils de temps en temps mais j’ai surtout appris en autodidacte.
J’ai fait mon premier cosplay en 2012 (cf photo d’intro) pour une petite convention locale.
Entre 2012 et 2016 j’ai réalisé plusieurs costumes, des cosplays au sens strict mais aussi quelques créations personnelles.
Même si j’estime avoir un niveau plutôt moyen (en couture en général et en cosplay en particulier), et si je trouve que mes costumes font pale figure à côté de ceux d’autres personnes, j’aimais le cosplay. J’aime coudre, faire mes costumes et les porter.

Expériences de cosplayeuse trans

Pourquoi avoir voulu parler du cosplay dans le Femzine ?

Je suis une femme trans, une lesbienne, une fem (certes toujours un peu au placard pour le côté fem et le côté trans tend parfois à rendre invisible le côté lesbienne) et je me rends compte que ma transidentité et ma femité jouent un rôle dans ma pratique du cosplay.

En convention je ne peux pas mettre le fait d’être une femme trans en pause.
Je ne peux pas non plus empêcher certaines personnes de me percevoir comme telle. Ou plutôt de me percevoir comme un « travelo » ou « crossplayer » (ici comme un homme faisant un cosplay de personnage féminin). Les deux me sont arrivés et ça m’a à chaque fois pourri le moral. Je sais que souvent les personnes qui m’ont prise pour un crossplayer n’étaient pas mal intentionnées (pour les gens qui m’ont clairement traitée de travelo c’est une autre histoire) mais il parait que les bonnes intentions pavent l’enfer.

Lors de Japan Expo 2014 un homme faisant de la diff à la sortie m’a interpellée en disant bien fort : « Au revoir monsieur, et ouais j’ai repéré ».

Japanjou 2014 un mec est venu me faire chier alors que j’étais avec des potes, c’était vraiment désagréable et les organisateurs du salon pourtant dans les parages ont à peine réagit (après ce n’était pas vraiment un public qu’on retrouve habituellement en convention).

Lors de la seconde édition du festival Soleil Levant (en 2013) une cosplayeuse que je croise parfois en convention – et que je prends bien soin d’ignorer – m’a pourri mon week-end, m’empêchant d’apprécier la convention (dont je ne garde que peu de souvenirs).

Japan Zone 2016, me faire genrer au masculin alors que je parlais avec des gens.

Art to Play 2016, une cosplayeuse qui me connait parle de moi au masculin.

Et je pourrais continuer. Je ne me souviens pas vraiment d’une convention ou ce genre de chose n’est pas arrivé.
Ça peut sembler anodin, surtout pour les deux dernières anecdotes. C’est le genre de micro-agression qui m’arrive de temps en temps et auxquelles souvent j’essaie de ne ne pas prêter attention. Mais ce genre de chose devient insupportable par son côté répétitif.
Je ne vis pas ça que dans le cosplay ou les conventions. Ces micro-agressions sont mon quotidien. A cause de ça je suis souvent sur le qui-vive, prête à me replier sur moi-même en cas de problème, ce qui arrive souvent et bouffée par les angoisses.
Il n’est alors pas possible de profiter du cosplay et d’y prendre du plaisir quand je sais que je dois être sur la défensive car je risque de subir ce genre de micro-agression.
C’est ce qui m’a empêché d’aller vers les autres cosplayers, d’aller vers les photographes, de monter sur scène. Je savais qu’en m’exposant je me mettais un peu plus en danger et ça s’est parfois vérifié.

Je me suis accrochée un temps pour trois raisons.
D’abord car je ne voyais pas pourquoi c’était toujours à moi de plier face à ce genre d’attaques. Au quotidien je suis souvent obligée de céder et de me camoufler, de baisser la tête (pour tout ce qui est administratif par exemple). Alors même si je m’exposais et risquais d’être emmerdée en allant en convention en cosplay il était hors de question pour moi de céder.

La deuxième raison c’est parce que je suis une fem un peu au placard.
Pour éviter d’être emmerdée je ne me maquille que rarement, j’adopte trop souvent à mon goût un look plutôt neutre. Je ne sors que si j’ai absolument quelque chose à faire en ville et surtout si je peux y retrouver des potes (et quand je dois y aller seule j’y passe le minimum de temps). On peut aussi associer ça avec ma dépression, le fait de ne pas trop prendre soin de moi et ne plus me maquiller.
Le cosplay était donc devenu l’un des rares espaces me restant pour exprimer ma féminité. Bien sûr il y avait des limites dans cette expression de ma féminité via le cosplay. Mais si ça pouvait me permettre de souffler d’essayer de regagner un peu de confiance en moi alors je ne voulais pas abandonner cela. Le problème c’est que dans l’état actuel de la communauté cosplay ce n’est pas possible.

Enfin je pensais essayer de changer les choses. Un peu égoïstement, pour me faire ma petite place, pouvoir profiter un minimum et peut-être me sentir mieux grâce au cosplay. Mais je crois de moins en moins que ce soit possible.

II : Cosplay et dépression

Avant de parler de la raison pour laquelle je ne pense pas qu’il soit possible de changer le cosplay je voulais revenir sur quelque chose que je vois parfois évoqué dans le cosplay.
L’idée que le cosplay serait top pour regagner en estime de soi, que ce serait un remède contre la dépression.
Que cela fonctionne pour certaines personnes je ne le mets pas en doute et c’est vraiment cool. Mais ça ne marche pas pour tout le monde.
Pour moi ça ne marche pas, j’ai même l’impression que dernièrement le cosplay m’entraîne vers le bas.

Se faire une place dans la communauté cosplay quand on n’a pas les compétences et/ou le physique ce n’est pas simple.
Personnellement je ne me sens pas à ma place dans la communauté cosplay, à force je me rends bien compte que je n’ai ni le physique, ni les compétences pour y avoir ma place. Et j’ai l’impression que c’est de pire en pire.
Dans ces conditions comment gagner en estime personnelle ?

C’est pas trop possible. Et c’est un cercle vicieux.
Je suis de moins en moins motivée, je ne cherche plus trop à progresser et à force de stagner j’ai l’impression de ne faire que de la merde, que mon travail est nul et insignifiant et je perds encore en motivation.
Comme niveau estime de moi c’est pas bien haut je cherche même plus à avoir des photos de moi avec mes costumes, je ne cherche plus à poser et sur les rares photos que je vois de moi j’ai l’impression de ne ressembler à rien ce qui baisse encore mon estime personnelle.

Je sais que je n’ai pas les compétences et encore moins le physique pour que mon travail mérite la moindre reconnaissance et je n’ai pas l’intention d’être une célébrité mais je bosse mes costumes, faisant de mon mieux, et à force l’impression que ça ne vaut rien est usante et sape le moral.

Bien sûr le cosplay n’est pas la seule chose de ma vie qui fasse que je ne vais pas bien mais ça a une influence.
Et quand il est écrit (ou sous-entendu) que le cosplay permet à coup sûr de retrouver l’estime de soi et de sortir de la dépression je me sens encore un peu plus exclue de cette communauté.

III : Une prestation transphobe

J’aurais mieux fait de fermer ma gueule.
Voilà ce que je me suis dit en écrivant ce texte.
Je me suis sentie insultée, encore un peu plus exclue de la communauté cosplay. Encore une fois j’ai eu l’impression qu’on me disait que le cosplay c’était pas pour moi. Mais vu les commentaires suite à mes critiques j’aurais dû la fermer et faire comme si tout était merveilleux au pays magique du cosplay.

Une prestation qui dérange…

Lors de Made In Asia 2016 il y a eu une prestation dont la vidéo a été partagée et largement plébiscité mais qui m’a vraiment dérangée.
Une reine des neige commence à chanter Let it go.
Une seconde arrive, écarte la première qui part boudeuse.
Arrive une troisième reine des neiges qui semble réconcilier les deux autres, elles commencent à chanter ensemble…
Bref jusque là je trouve que la prestation plutôt amusante sans être remarquable.
Puis arrive un premier gars en costume de la reine des neiges avec un comportement ridicule. Les trois cosplayeuses réagissent comme si elles étaient horrifiées et écœurées par cet intrus et cherchent le fuir, à s’en cacher.
Un deuxième arrive, puis un troisième et un quatrième. Chaque fois on s’enfonce un peu plus dans le ridicule, et à mes yeux dans une farce de mauvais goût.
Vers la fin de prestation arrive un gars noir (en costume de reine des neiges lui aussi). A priori tellement horrible et écœurant qu’une des Elsa mime un malaise (à gauche sur l’image).

tumblr_inline_o43mdfzpkf1th65ja_1280
A gauche deux des filles, la troisième à droite.

La prestation se termine, les trois cosplayeuses Elsa rejoignent le groupe des travestis (de manière peu naturelle vu le dégoût qu’elles montrent le reste du temps) et ça se termine sur le message fort Cosplay is for everyone ! (en français : le cosplay c’est pour tout le monde)
Enfin si on regarde jusqu’au bout le message exacte de cette prestation est Cosplay is for everyone and everything (en français : le cosplay c’est pour tout le monde et toute chose).*

tumblr_inline_o43n06xya31th65ja_500-1

Quel est cet « everything » ?
Pour moi, vu la prestation, ça concerne les mecs travestis en Elsa. Certains m’ont répondu que ça concernait les matériaux utilisés et la qualité des costumes, dans ce cas il aurait fallu mieux le retranscrire dans la prestation.

Comme je l’ai dit en titre cette prestation est transphobe.
Je me retrouve dégoûtée, j’avais du mal à trouver la motivation pour le cosplay à cette époque et cela n’a pas arrangé les chose.
Cette prestation ne s’en prend pas directement aux trans mais elle relaie le message qu’incarner un personnage féminin quand on a un physique masculin est une chose ridicule, écœurante, dont on peut se moquer.

Je ne pense pas que le but des cosplayers qui ont préparé cette prestation était de blesser les trans et les crosplayers. Je veux bien croire que leur volonté était de relayer le message que le cosplay est pour tout le monde, qu’il n’y avait pas d’intention transphobe mais ça a manqué son but.
Leur prestation m’exclue du “tout le monde”.

De l’humour…

Vous me direz qu’il s’agit d’humour et vous avez raison. Il s’agit d’un humour transphobe. Notre culture est transphobe et parfois notre humour l’est aussi. Nous avons pris l’habitude de nous moquer des hommes (ou identifiées comme tels) qui expriment de la féminité. On y réfléchit pas plus que cela, trans et travestis sont juste des objets de plaisanterie.
L’humour est un facteur de cohésion sociale mais c’est aussi un facteur d’exclusion. Ici je suis exclue de l’humour alors que celles et ceux qui considèrent que faire un costume de personnage féminin quand on en a pas vraiment le physique est sujet à moquerie.

Ca ne veut pas dire qu’on ne peut pas rire avec le travestissement ou la transidentité / transsexualité.
Je suis assez fan de la série Steven Universe.

[Attention spoiler : saison 2, épisode Sadie’s song]
Dans un des épisodes Steven se travesti pour interpréter une chanson sur scène. C’est un passage que j’ai trouvé plutôt drôle. Pas parce qu’on a un mec qui se comporte de manière ridicule en tenue jupe, petit haut et talons mais parce que c’est tellement dans le personnage qu’on ne peut que trouver ça drôle (et attendrissant).
Et contrairement à la prestation que je critique ce ne sont pas les rires du public qui accueillent l’arrivé de Steven, il n’est pas un sujet de moquerie.
[Fin du spoil]

Je pense qu’il était possible de faire une prestation “cosplay is for everyone“ sans se retrouver à exclure qui que ce soit en s’en moquant (même involontairement). Et même possible de faire une prestation humoristique mais il aurait fallu chercher un peu plus loin.

L’humour est vraiment une chose délicate. Quand on va dans la simplicité et qu’on se repose sur des gags stéréotypés on a de grandes chances de se planter. J’aime l’humour et je pense que c’est un véritable travail d’être un bon humoriste.
Quand Kev Adams et Gad Elmaleh font un sketch qui repose sur des clichés racistes (une vidéo à ce sujet) beaucoup sont d’accord pour dire que ce n’est pas drôle. Il n’y a pas de travail de la part des deux humoristes, ils ne font que ressortir des stéréotypes racistes qu’on nous rabâche au moins depuis 30 ans (avant je sais pas, j’étais pas née).
Alors on peut décider de s’en foutre, que si la majorité ri alors il n’y a pas de problème. On peut décider de balayer les critiques d’un revers de bras.
Et dans le cadre du cosplay on peut aussi. Mais dans ce cas il faut admettre que le message “cosplay is for everyone” tombe à l’eau.

Cosplay is for everyone ?

Je me suis longtemps accrochée au message selon lequel le cosplay serait pour tout le monde. J’y tenais peut-être d’autant plus qu’à force de discussions privées j’en ai entendu beaucoup me dire que le cosplay n’était pas (ou n’étais plus) pour eux. Souvent les raisons exposées étaient qu’ils n’avaient pas les compétences et/ou pas le physique.

Si tout le monde peut faire (ou acheter) un costume et le porter en convention ce n’est pas pour autant qu’on sera bien accueilli.
En tant que cosplayeuse trans une de mes grande crainte quand on me photographie est de me retrouver dans un album “les pires cosplays” avec une description et des commentaires insultants.
On m’a dit qu’il fallait faire avec les réflexions et les insultes, les encaisser, s’endurcir et ne pas baisser les bras. Que cela forgeait le caractère.
Suis-je la seule à trouver cela anormal qu’on demande de faire avec les insultes ?

Et du coup on abandonne les gens qui n’ont pas la force pour supporter cela et n’arrivent pas à s’endurcir assez ?

Je tenais au message qui dit que le cosplay est pour tous car c’est ce qui devrait être, j’y trouvais un bel objectif. Le cosplay n’est pas un monde merveilleux, pour certains ça peut même devenir un monde hostile où on reste sur ses gardes en permanence, à attendre les remarques blessantes et insultes (ce qui ne permet pas de s’amuser). Certains vont le trouver tellement hostile qu’il le quitteront et d’autres n’oseront même pas y mettre le pied.
Mon problème c’est qu’aujourd’hui je vois « Cosplay is for everyone » utilisé comme formule magique pour repousser les critiques. On considère qu’il s’agit d’un fait. Rappelons que justement l’initiative Cosplay is for everyone est née de personnes qui trouvaient que ce n’étaient pas le cas et qui voulaient changer cela. Donc avec un point de vue un minimum critique sur le cosplay.

Pédagogie et cosplay…

Je n’ai jamais pensé qu’il y avait de méchants salauds d’un côté et de gentils formidables de l’autres. Enfin il y en a sûrement quelques uns mais je suis plutôt optimiste et je crois que la majorité ne se rend juste pas compte des idées qu’ils relaient.
J’ai longtemps continué à penser qu’on pouvait s’expliquer. Mais aujourd’hui mon optimisme est mis à rude épreuve.
Les gens ne veulent pas écouter. Et du coup peut-être qu’il y a vraiment de méchants salauds ?

En 2013 (ou 2012? le temps passe vite) on a été beaucoup a critiquer la vidéo de Jeux actu intitulée “les pires cosplays de Japan Expo” et son caractère moqueur. Pourtant on nous a présenté ça comme de l’humour mais on a réagi car cette vidéo avait blessé la communauté cosplay.
De même on critique les articles, émissions et reportages qui présentent le cosplay comme une activité de doux dingues « adulescents » qui se croient dans un animé. Là encore la moquerie ne passe pas.

Je ne crois pas que les journalistes qui insultent la communauté cosplay dans leurs reportages et textes le fasse par méchanceté. Ils traitent juste le sujet comme on leur a appris à le faire. Et ça marche pareil avec les gens qui se moquent de cosplayers, ils le font parce qu’on leur a appris à le faire, on leur a dit que c’était ok, qu’il n’y avait pas de mal.

Voilà, selon moi, à quoi devrait servir Cosplay is for everyone. Un outil de pédagogie nous permettant de construire une meilleure communauté où tout le monde pourrait prendre du plaisir sans crainte de moqueries à cause de son poids, sa race, la qualité de son costume, le fait d’être handicapé, son âge… ou du fait d’avoir choisi de faire un cosplay de personnage féminin quand on a un corps qui ne l’est pas assez.

Nous avons eu raison d’être critiques quand des gens externes à la communauté se moquaient du cosplay.
Alors pourquoi demande-t-on de taire les critiques internes à la communauté ?

IV : La défense du blackface

Ce qui a fini par me dégoûter au point de faire une pause (et d’envisager d’arrêter) c’est la défense de Blackface par pas mal de blancs appartenant à la communauté (cosplayers et photographes).
Des militants antiracistes font des efforts de pédagogie pour nous expliquer en quoi le blackface est raciste (Ms Dreydful en français et Brichibi en anglais avec un article assez long mais abordant aussi ce que peuvent vivre les cosplayers noirs – insultes racistes, moqueries…) et tout ça est balayé d’un revers de main.
C’est ce qui a fini de me dégoûter.

Faire de la pédagogie c’est épuisant.
Critiquer ce que l’on aime ce n’est pas non plus une partie de plaisir.
Voir qu’en réponse à cela on reçoit au mieux du mépris au pire des insultes c’est plus que je ne peux en supporter dans mon état.
Je fini par croire que nos voix ne seront jamais écoutées et qu’on nous demandera d’aller nous « faire enculer » si on est pas d’accord.

Ce que je ne comprends pas concernant le Blackface c’est que beaucoup de monde (même parmi les défenderesses et défenseurs du blackface) semble d’accord sur le fait que ce n’est pas nécessaire.
Alors pourquoi préserver cette pratique ?
De plus, si vraiment on veut d’un cosplay « pour tous », on doit abandonner le blackface. Quand bien même il n’y aurait qu’un seul cosplayer noir se sentant insulté par cette pratique (ce qui est loin d’être le cas) je ne vois pas comment on peut concilier ce « pour tous » en demandant aux gens qui seraient critiques de se taire ou bien de dégager.

Alors certains me répondront que si on interdit le blackface alors on exclue les gens qui veulent y avoir recourt. Mais c’est pas comme ça que ça marche.
Demander aux cosplayers noirs d’accepter un rappel du racisme qu’ils vivent quotidiennement n’est pas comparable à ce qu’on nous demande d’éviter de reproduire ce racisme. Même si c’est fait sans penser à mal pour certains ça restera un rappel des insultes et des moqueries qu’ils doivent trop souvent subir.

V : Arrête d’être négative

Pour finir (même si j’ai oublié quelques trucs mais bon ça fait depuis ce matin que je suis sur ce texte et c’est épuisant) je vais parler d’idées que j’ai pu voir en réponse quand on critique le cosplay. Alors là encore ce n’est pas limité au cosplay mais je pense que mettre les choses au point est utile.

Quand on critique des comportements et propos insultants dans le cosplay (racisme, sexisme, transphobie…) il y a une réponse qu’on retrouve souvent en commentaire et c’est “arrête d’être négative”.
C’est nul comme réponse. Pourquoi ?
Car cette réponse reporte la négativité sur les victimes (surtout celles qui témoignent) qui souvent morflent déjà au quotidien et vont aussi morfler via le cosplay.

S’il y a des gens que je trouve négatifs dans le cosplay c’est celles et ceux qui ne vont trouver normal que certains s’y sentent mal. Les gens qui vont s’offusquer quand on ne prend pas à la rigolade leurs réflexions désagréables. Les personnes qui vont nous dire que si on est pas capable d’encaisser on a qu’à arrêter le cosplay.
Les victimes ne sont pas négatives, les gens qui vont en dégoûter d’autres du cosplay le sont.

Maintenant au sujet de la “victimisation”.
Je déteste ce concept. On en revient à l’idée que si on est la cible d’actes et propos insultant on devrait la fermer, se faire petit, disparaître.
Ca repose sur une idée selon laquelle être une victime est quelque chose d’honteux. Une faiblesse. Perso je n’ai aucun problème à reconnaître ma faiblesse. Je n’ai aucun problème à dire que je suis victime de trucs qui me donnent parfois envie de chialer dans un coin voire de crever.
Et si vous trouvez que c’est tant pis pour moi, que vous n’avez pas à faire attention de ne pas me blesser alors que je suis fragile, je crois qu’on va avoir un problème. Je l’ai dit avant, je ne crois pas qu’il y ait des « méchants », mais si ça ne vous pose aucun problème de blesser des gens fragiles peut-être que je me trompe.

VI : Conclusion

Personnellement j’ai abandonné l’idée de faire changer les choses. Je n’en ai plus la force, ni les outils. Si d’autres y arrivent tant mieux mais pour plusieurs raisons je doute de plus en plus que ce soit possible.
Et j’ai fini par être dégoûtée du cosplay au point de décider d’arrêter. Ce sera peut-être temporaire, peut-être définitif. On verra.

Publicités

2 réflexions sur “Le cosplay n’est pas pour tout le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s